South African Airways (SA, Johannesburg OR Tambo) a révélé dans un communiqué le 30 janvier qu’elle “annulerait et consoliderait certains vols réguliers” pour réduire les coûts, deux jours seulement après avoir confirmé qu’un plan de sauvetage du gouvernement de 3,5 milliards de rands (235 millions USD) avait été obtenu auprès de la Banque publique de développement d’Afrique australe (DBSA).

Un plan de sauvetage précédemment promis de 2 milliards de ZAR du Trésor national a été bloqué lorsque le ministre des Finances Tito Mboweni a insisté sur le fait que tout prêt devait éviter d’augmenter le déficit budgétaire du pays, a rapporté Reuters. Outre le paiement DBSA, SAA a également reçu des prêts relais de créanciers commerciaux.

«La demande de vols a été examinée pour s’assurer que la SAA gère des vols efficaces. À cette fin, SAA annulera et consolidera certains vols réguliers où la demande est faible sur la base des réservations à terme actuelles pour le mois de février », a indiqué la compagnie aérienne dans le communiqué.

Villes affectées hors de Johannesburg O.R. Tambo comprend:

“La conservation de l’argent grâce à diverses mesures de réduction des coûts est essentielle pour gérer une compagnie aérienne efficace et pour créer une plate-forme sur laquelle un avenir pour une entité restructurée peut être construit”, a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, la taille de la flotte de SAA semble diminuer. AerCap loue actuellement trois avions – tous des A340-600 – au transporteur, mais l’un d’entre eux, ZS-SNH (msn 626), a été transporté par avion à San Bernardino le 28 janvier via Sao Paulo Guarulhos pour être détaché et mis au rebut, a déclaré Skyliner Aviation. . Les deux autres appareils, ZS-SNE (msn 534) et ZS-SNI (msn 630), n’ont pas volé depuis l’atterrissage à Johannesburg O.R. Tambo les 15 et 16 janvier respectivement. Il est rappelé que SAA a déjà lancé un appel d’offres pour la vente de cinq de ses A340-300 et de quatre A340-600.

Dans des informations connexes, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a autorisé deux nouvelles enquêtes sur la SAA et le Trésor national, selon un journal officiel publié le 31 janvier. Les sondages remonteront à 2002, lorsque la compagnie aérienne et le ministère des Entreprises publiques ont attribué pour la première fois un contrat avec Airbus (AIB, Toulouse Blagnac) pour moderniser la flotte du transporteur public.

Ramaphosa a demandé à l’Unité spéciale d’enquête du pays d’enquêter sur les allégations de corruption liées à l’achat ou à la sous-traitance d’avions Airbus, ainsi qu’à une << mauvaise administration >> grave en rapport avec les remises sur les voyages de la compagnie aérienne et les dépenses illégales d’argent public ou de biens.

Catégories : Uncategorized

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *